Témoignages

Témoignage de Marie engagée à Ruth et Noémie

Merci pour la lumière que vous amenez aux ténèbres. Au début quand j’ai su que je pouvais avoir une femme comme maman qui prie pour moi dans le monde, je me disais «  à quoi ça sert » mais pour avoir des encouragements il faut avoir des amies qui prient pour toi. Petit à petit je me suis aussi accrochée à la prière et toute la période où j’étais en prison, ça m’a soutenu. C’est  vrai qu’on ne peut pas parler avec la personne de vive voix,  qu’on ne peut pas rencontrer la personne en face, c’est difficile de l’ imaginer mais je peux dire que j’ai senti que quelqu’un m’apportait tous les jours du soutien. Même dans les moments difficiles, par exemple quand j’ai su que j’étais (et suis encore) gravement malade, quand je restais toute seule abandonnée des proches,  je savais qu’il y a quelqu’un en France qui priait pour moi. Ca me portait beaucoup, car avant mon engagement je pensais souvent au suicide. Maintenant je sais que je dois être à mon tour un pilier pour les autres. Moi je m’engage maintenant à prier pour toutes les mamans qui prient pour les prisonniers. Qu’elles ne se découragent pas et qu’elles soient patientes avec leurs filles. Que Dieu vous bénissent tous.

 

Témoignage d’Edwige qui était en prison pendant 8 ans pour le meurtre de son mari, c’est en prison qu’elle s’est convertie.

Avant d’arriver dans la prison des femmes, j’allais à l’église maximum 1x par an. Quand je suis arrivée en prison, j’ai compris qu’il faut tout faire pour prendre plus de responsabilité de travail pour que le temps passe plus vite. A partir du moment où je n’avais plus de travail, j’ai participé à toutes les rencontres proposées en prison.  Une femme qui était dans la même section que moi, m’a parlé des rencontres avec sr Kristina. Moi je lui répondais que tout ce qui concernait la foi ne m’intéressait pas mais cette femme, mon amie, était vraiment dans la paix et ça m’a beaucoup touché,  elle vivait tous les évènements paisiblement. J’ai pris le risque d’aller à la réunion du lundi. La première fois j’ai tellement pleuré, ensuite on m’a proposé d’aller au cours d’alpha. Là je me suis confessée de tout ce qui a fait ma vie. A partir de ce moment  toute ma vie a complètement changé. J’ai demandé à prendre en charge le service de la sacristie de la prison et c’est moi qui ai amené les femmes aux réunions du lundi.  Petit à petit arrivait le moment où je devais sortir de prison et je ne pouvais pas retourner chez moi parce que  la famille de mon mari avaient brulé ma maison par vengeance. J’ai demandé à l’aumônier et à sr Kristina s’ils pouvaient me trouver un lieu où je pourrais vivre, non loin de l’église ou je pourrais servir. On m’a proposé une petite maison à côté du couvent. Maintenant je sers là et en même temps pour l’église. Avec tout ce que je peux faire et je rends grâce à Dieu  pour les personnes qui m’ont amené sur le bon chemin.

 

Témoignage de Laura qui a donné une année sabbatique pour servir dans la prison

Depuis 2016 je vais à la prison des femmes, c’est seulement la semaine dernière que je me suis rendue compte quel est vraiment le travail de l’accompagnement des prisonniers. Parce que les prisonnières m’ont fait comprendre et exprimé ce que nous leur apportons et j’ai compris ce que veut vraiment dire : être chrétienne. Leur manque de proches, leur ouverture de cœur, et aussi leur recherche d’une place ou elles sont en sécurité… Les femmes accueillent tout ce que tu peux leur donner : paroles, regards, attentions,  tout est  accueilli. C’est une très grande responsabilité pour moi car les femmes sont très sensibles et surtout elles ont du mal à faire confiance. Hier j’ai voulu parler par rapport aux commandements de Dieu, ce que ça veut dire être chrétien, qu’est-ce que ça veut dire  accueillir Jésus dans sa vie surtout quand votre vie est en désordre, plein de douleurs, de honte, de culpabilité et d’autres choses … Des rencontres comme cela c’est impossible à préparer et encore moins à prévoir les réactions. J’ai appris hier qu’il ne faut pas faire un cours de catéchisme, il faut plutôt partir de leurs questionnements et apporter des éléments de la foi. C’était une bonne pédagogie de Dieu, si Dieu n’avait pas été là ça aurait été le désordre. Ce n’était pas facile mais à travers ça je trouve de la joie. Je commence à apprécier le temps passé avec les prisonniers. Je commence à les aimer et  à  prier des fois.

Laisser un commentaire

Error8board |
La Volonté de Dieu |
Méditation de pleine consci... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Toujoursmieuxda
| Gif et Image Islamique
| Test diaire 89